Le Gimmick Rock du Rock’n’Râleur : « Up Around The Bend »

Le Gimmick Rock du Rock'n'Râleur-Up Around The Bend-Creedence-ParisBazaar-Basset

Le Rock’n’Râleur vous livre ses anecdotes que lui inspirent des célèbres Gimmicks Rock qui demeurent dans son cœur et dans son froc. Aujourd’hui, Up Around The Bend de Creedence !

 

Ce gimmick du titre de Creedence, Up Around The Bend, est rattaché à l’évitement pour moi.

J’ai intégré un groupe par nostalgie des sixties-seventies quand j’avais un peu plus de 40 balais et ce morceau figurait au programme. On faisait les casinos, les soirées privées. Mais c’était haut à chanter. J’étais chanteur guitariste dans le groupe mais c’est l’autre guitariste qui tenait la liste. C’était lui le boss.

Il chante très haut John Fogerty et j y arrivais une fois sur quatre. Je ne tenais pas la distance. En plus ce morceau ne fonctionnait qu’avec des cordes à vide à la guitare. Donc, on ne pouvait pas le baisser. J’en chiais à le chanter et je l’évitais à chaque fois que le « chef d’orchestre  » annonçait Up Around The Bend.

« Non, pas tout de suite » , je disais. Mais il y tenait, ce con. Le cauchemar du répertoire. Donc, évitement.

Sur ce thème de l’évitement mais dans le genre « social » , y’en a qui se demandent pourquoi on les évite soigneusement. C’est pourtant simple, à chaque fois qu’ on les croise ou qu’on a affaire à eux par téléphone ou réseau social, ils veulent à toute force nous fourguer leur mal-être, leurs analyses glycémie à jeun première pression à froid, leur arthrose, leur brouille avec la belle famille ou leur démêlés avec leur opérateur téléphonique.

Ils agissent comme si leurs interlocuteurs n’avait pas, eux, de problèmes de santé, de pognon, de relationnel , comme s’ils avaient que ça à foutre d’écouter des pleurnicheries et des doléances. Comme si les 5 ans à venir avec la même équipe de pas concernés par les aspirations du peuple allaient enfin comprendre quelque chose aux « gens » .

Ils déblatérent leurs misères comme si on avait tout notre temps, et qu’en plus on allait en jouir de tout ce fatras, de tout ce dégueulis de quotidien morne et sans intérêt aucun, de cette négation de la vie.

Alors oui ,on les évite. On a rarement vu un taureau faire un câlin au picador et un visiteur de villas aller droit sur le doberman enragé qui les garde. Chacun sa merde.

En parlant de « ça » , j’avais relevé dans un texte de Bukowski : « Elle est venue vers moi avec son sourire vorace, ses yeux de ciel et ses intestins pleins de merde. »

Bien sûr, il a souligné par là la réalité triviale des choses. Mais pour mieux goûter le beau et l’essentiel.

Le problème avec ceux que je viens d’évoquer, c’est qu’ils viennent vers vous uniquement, ou presque, avec leurs intestins.

Francis Basset

Lire le Gimmick Rock du Rock’n’Râleur, c’est bien.

L’écouter, c’est très bien aussi… En plus, il y a la guitare !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VOUS AIMEZ ? REJOIGNEZ-NOUS ET ABONNEZ-VOUS !

DÉCOUVREZ MAINTENANT