The Specials : Encore là ! 

The Specials-Encore là !-Paris Bazaar-Borde

Les Specials sont de retour ! Un come back inattendu, inespéré. Tellement bon, qu’on dit encore !

Quand on pense Ska, on pense forcément à Madness ! Prince Buster et les Skatalites, pourtant précurseurs du genre, mais injustement trop méconnus, il reste les Specials. Ce groupe british, apprécié et adoubé par Joe Strummer, revient avec un nouvel album. Le troisième en… 40 piges de carrière. Oui, vous lisez bien !

Les gars se sont aimés, engueulés, réconciliés, détestés et à nouveau aimé. Un peu comme un vieux couple mais à cohabitation variable avec sept ou huit potes. Chacun est parti de son côté, a sorti des albums sous le nom de Special AKA ou Specials (sans « The » devant…). Bref. Trois d’entre eux sont de retour aujourd’hui. Terry Hall, Lynval Golding, et Horace Panter, membres originaux du groupe, aidés d’un jeune claviériste  viennent de sortir dix titres brillants.

Alors oui, les thèmes choisis sont toujours les mêmes. Le racisme, avec B.L.M., Pour Black Lives Matter, où Golding raconte son arrivée de Jamaïque avec ses parents et sa vie en tant qu’immigré sur un rythme assez funk. Il y a aussi The Ten Commandments, morceau écrit et déclamé brillamment par Saffiyah Khan.

Cette jeune femme de 20 ans, militante anti racisme, fut arrêtée alors qu’elle protestait contre une manifestation de l’extrême droite anglaise. Elle fut repérée grâce à une photo la montrant avec un tee shirt des Specials. Le texte met en avant son combat contre le racisme, la misogynie, les conneries lues sur le Net ou vues sur YouTube,  l’espèce du culture du viol où une nana peut se faire violer car elle porte une robe trop courte… Toutes ces conneries dont certains abrutis s’octroient le droit.

Le groupe a toujours été engagé, que ce soit socialement ou politiquement. Dans les années 80, il n’hésitait pas à descendre de scène pour mettre une raclée à des skinheads qui osaient venir à leurs concerts. Eux qui haïssent l’extrême droite, tout ce que Thatcher et le parti conservateur pouvaient et peuvent représenter. Ils restent engagés. Preuve en est avec Vote For Me. Ce morceau est une violente critique de la classe politique qui t’enfile en douceur… ou pas ! Une sorte de morceau anti Trump, ou plutôt anti Theresa May, écrit brillamment et enrobé par un rythme reggae.

The Specials-Cover-Encore Là !-ParisBazaar-Borde

The Lunatics Have Taken The Asylum, reprise de Fun Boy Three s’enchaîne logiquement derrière. Embarrassed By You, morceau également reggae, aborde le thème de personnes qui volent, déconnent à plein tonneau, et dont personne ne sait que faire.

Autre thème abordé, celui de la dépression. Terry Hall parle de sa bipolarité, des difficultés à vivre avec une telle maladie qui peut vous rendre hors de contrôle. Tout ça sur un rythme soul, renforcé par des cuivres, avec un hommage à Riders On The Storm, avec ce léger gimmick de clavier qui revient sans cesse. C’est un peu comme lorsque Les Forbans reprennent Elvis Presley… Nan, je déconne ! Pauvre Elvis.

Bref ! Les Specials n’ont pas hésité à faire quelques reprises aussi. Blam Blam Fever, morceau sur la culture du flingue au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, originellement interprété par les Valentines, leur colle à la peau. Black Skin Blue Eyed Boys des Equals ouvre l’album. Sorte de disco funk avec des paroles humanistes et anti racistes, comme pour dire « Ouais les gars, on est les Specials et on n’a pas changé !» Et non, ils n’ont pas changé.

Preuve en est sur le deuxième CD, un live avec notamment des extraits du concert au Bataclan en 2014. Là, en revanche, pas grand chose d’original, si ce ne sont les reprises de Redemption Song ou de We have All the Times In The World. Mention spéciale à l’hommage au Sexy Mother Fucker dans Nite Klub.  Ces morceaux live permettent tout de même de saisir toute la puissance et l’énergie du groupe sur scène et de réécouter des tubes comme ce véritable hymne Ska qu’est Gangsters.

Encore est un album important. Bien-sûr, le Ska connaît un revival depuis quelques années. Évidemment, la musique et les paroles sont bonnes, aussi vrai que les Specials sont des légendes. Mais surtout, ça fait du bien d’écouter de la vraie bonne musique avec des paroles qui ont du sens.

Les Specials sont de retour et c’est tant mieux ! On les attend de pied ferme le 8 avril à la Cigale, à Paname.          

Laurent Borde

The Specials/ Encore / Universal Music Catalogue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *