Rainier Fog ou le brillant brouillard d’Alice In Chains

Cinq ans après The Devil Put Dinosaurs Here, Alice In Chains revient enfin avec Rainier Fog, dix titres flambant neufs. Attention, gros son !

On parle d’eux comme un des groupes phares de la scène grunge… Grunge ne voulant rien dire, sauf pour les lecteurs des Inrockuptibles à la chemise propre et soyeuse en mal de sensations fortes, nous dirons qu’ils sont plutôt des rockers. Des métalleux même. Adoubés et adorés par Metallica !, c’est dire s’ils sont fréquentables. Leur musique sent bon le cuir noir rincé à l’huile de vidange. Eux ? Ils ?… Alice In Chains !

Les quatre de Seattle reviennent plus en forme que jamais. Toujours mené de main de maître par Jerry Cantrell, le combo a enregistré Rainier Fog, son dernier album, à la maison. Et ça se sent… Dès les premières notes de  The One You Know , les cages à miel frétillent. Une guitare agressive, une batterie aussi légère qu’un airbus A320, puis vient la voix… Layne Staley, premier chanteur mort d’overdose en 2002, semble ressucité ! C’est incroyable ! Alice a enfin renoué avec ses racines. Tout ici n’est qu’harmonie.

Sur les titres qui suivent comme Red Giant ou Deaf Ears Blind Eyes, on en vient même à penser que le fantôme de Layne Staley, accompagné de sa bouteille de Jack Daniel’s, est venu hanter le studio d’enregistrement du studio X, où avait déjà été mis en boîte l’album éponyme de 1995, et dernier LP avec Staley… C’est du lourd ! Non, ce n’est pas du métal à la Pleymo. Ici, ça joue !! On remue la tête, on suffoque, on donne des coups de pompes dans les portes, on écoute religieusement, on se désespère… On passe par toutes les émotions à l’écoute de cet opus. Chaque morceau est une sorte d’uppercut en pleine gueule ! Même les plus calmes comme le très Black Sabbathien  Drone ou All I Am qui conclut cet album en beauté.

À chaque morceau, qu’elle soit rageuse ou mélodique, la guitare de Cantrell fait mouche. À la basse, Mike Inez turbine comme un dingue pour alterner entre discrétion et violence rageuse. Sean Kinney maltraite ses fûts avec toujours autant de brio. On est efficace ici, m’sieurs dames ! Quant à William DuVall, souvent en duo avec Cantrell, il réussit enfin à convaincre les plus irascibles que sa place est bien là, au sein d’Alice In Chains.

Ce Rainier Fog  marque d’un grand coup cette rentrée 2018 ! Des albums comme celui-ci, on veut bien en écouter tous les jours !!

Laurent Borde

Rainier Fog, le 6é album studio d’Alice in Chains, chez Be Music Group / Warner, dispo dans tous les bons bacs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *