Richard Gotainer : les Tubes d’un Fils de Pub

Richard Gotainer-Les Tubes d'un Fils de Pub-Ouv-ParisBazaar-Borde

Envie d’un peu de légèreté ? Envie de vous souvenir d’une époque pas si lointaine mais nettement plus détendue ? On a chiné pour vous un album enrichi aux extraits naturels de pub. Un petit bonheur signé Gotainer.

En attendant la sortie du tunnel, si tant est qu’elle existe, pourquoi ne pas se faire du bien en écoutant un classique ?  Un album de Deep Purple ? De Bob Marley ? Des Beatles ? De Gainsbourg ?… Ben non, un album de Gotainer rempli de pubs !

En 1985, Virgin a la bonne idée de sortir Poil À La Pub, un album de 86 titres durant 36 minutes. Outre Richard Gotainer, évidemment, on y retrouve quelques invités un peu barrés comme Jacky sur Raid, les frères Claude et Marcel Engel sur Lee Cooper, Michel Vassiliu, frère de Pierre, sur Eram ou encore Coluche pour la B.O. d’Inspecteur La Bavure. 

Richard Gotainer-Les Tubes d'un Fils de Pub-Poil à la Pub-Cover-ParisBazaar-Borde

Richard Gotainer connaît parfaitement la pub. En 1972, il est engagé dans une agence de pub dont il est viré un an plus tard pour «mauvais esprit». Deux ans plus tard, en 1972, il fonde Gatkess avec le producteur Jacques Gaudillat. Leur boîte se spécialise dans les pubs pour la radio et les bande-sons pour la télé.

À l’époque, dans la deuxième partie des années 70, Gotainer fréquente des gens bien barrés comme Coluche, grâce à qui il monte sur scène en 1982 pour faire sa première partie au Café de la Gare, Jacky avec qui il fréquente les cabarets parisiens sans succès, ou encore Au Bonheur Des Dames avec Rita Brantalou, Ramon Pipin, et Costric 1er, tous aussi déjantés les uns que les autres.

Il décide de s’éclater avec une partie d’entre-eux en créant des pubs qui deviendront légendaires, dans un univers de bande dessinée perpétuelle. Un peu comme si Reiser ou Wuillemin s’étaient mis à l’image. 

De ces délires, après des soirées très arrosées mais pas que, naîtront quelques pubs légendaires comme celles de Banga «Y a de l’eau, y a des fruiiits», Belle Des Champs «Tu baguenaudes dans les pâturages…», Danette «On se lève tous pour…», ou encore le fameux « Couscouuus ! » de Saupiquet. 

Évidemment, son plus gros succès publicitaire reste Vittel et l’ultra célèbre «Buvez, élimineeeez !». Certains de ces slogans deviendront même des chansons. La pub pour Infinitif deviendra le génial Primitif. M.V. (Comme Maroquinier) deviendra Buée. Sans oublier la pub pour le cassoulet Saupiquet qui deviendra Le Pays Où J’Ai Pied. 

Richard Gotainer, avec ses lunettes rondes, son grain de beauté sur la joue, sa voix éraillée et sa gouaille de titi parigot reste un artiste totalement atypique. Alors que certains renient leur passé publicitaire, lui en est plutôt fier. Et il a franchement raison. Ses slogans ont marqué plusieurs générations.

Il était une époque où la pub déconnait, s’amusait, et où quasiment tout était permis. Dire que c’était mieux avant, non… Quoi que, là, si… C’était quand même beaucoup mieux avec Richard Gotainer. Bordel que c’est bon!               

Mathieu Boggaerts-En Anglais-Bandeau-Cover-ParisBazaar-Borde

Autre très bonne chose, En Anglais, le nouvel album de Matthieu Boogaerts. Le chanteur vit désormais à Londres, ville qui l’a inspiré pour composer onze titres. Pas de surprise, on reste dans l’ambiance feutrée à laquelle il nous a habitués depuis Ondulé en 1995.

Fan de reggae, il s’est fait plaisir avec Am I Crazy et Guy Of Steel. Il joue de la pop avec Your Smile et Annie (avec une sorte de petit hommage à Clash), devient assez sombre avec I Belong, puis  se relève avec la bossa d’I Will Follow You et le très électro The Price, avant d’embarquer définitivement l’auditeur avec How Many. 

Matthieu Boogaerts n’en fait pas trop. Il garde son accent frenchy pour chanter en anglais, il conserve aussi sa façon de travailler, artisanale, avec sa guitare et son synthé. Une simplicité qui se ressent.

Les anglais ne le connaissent pas et ça lui convient apparemment très bien. Matthieu Boogaerts reste inimitable. Un chanteur à part, qui fait ce qu’il veut, quand il veut, sans aucun diktat de maison de disque, ni de succès programmé, avec aujourd’hui plus de 25 ans de carrière au compteur.

Ce onzième album, live compris, fait un bien fou. Il est plus que nécessaire dans cette époque où les artistes «en vrai» nous manquent. Plus qu’un album, En Anglais est un véritable bijou. Biotifoule !!

Laurent Borde

Richard Gotainer : Poil À La Pub / Virgin  

Matthieu Boogaerts : En Anglais / Tôt Ou tard

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

VOUS AIMEZ ? REJOIGNEZ-NOUS ET ABONNEZ-VOUS !

DÉCOUVREZ MAINTENANT