Une Expo : Guy Tillim, à la Fondation Henri Cartier-Bresson

Tillim-Ouv-ParisBazaar-Ghis

D’Accra à Maputo, d’Abidjan à Dakar, le photographe sud-africain Guy Tillim a sillonné le continent noir. En quête, non pas de sensationnel, d’images choc mais de l’Afrique de tous les jours. Celle qui reste quand les caméras s’en vont. 

POURQUOI CETTE EXPO ?

Car Guy Tillim, c’est l’Afrique au quotidien. L’Afrique comme vous ne l’avez jamais vue.

Loin des savanes, des grands fauves, des girafes. Loin des épopées sanglantes, des famines, des coups d’Etat.

L’Afrique banale. Saisie à hauteur d’homme, d’Abidjan à Dakar, de Nairobi à Libreville. Aux heures de pointe, aux carrefours encombrés, sur les marchés… 

Voilà l’Afrique de Guy Tillim.

Une Afrique à cent lieues de l’imagerie paradoxale que trimballe sans cesse le continent noir : entre fantasme d’une nature éternelle et épouvantail d’une tragédie cyclique, où la misère le dispute au despotisme, la fureur au dénuement.

Guy Tillim-Old Road-ParisBazaar-Ghis

Guy Tillim – Old Road, Madina, Accra, Ghana – 2017

Tout le talent du photographe sud-africain est là : faire parler le banal. Révéler par la routine. Car ses clichés, sous leurs airs anodins, en disent long : héritage colonial, urbanisme erratique, tensions culturelles, mondialisation, disparités sociales…

Au gré de ses déambulations, qui l’ont conduit dans les grandes capitales africaines, il nous donne à voir les évolutions et révolutions vécues par le sous-continent ces dernières décennies. 

Et chaque détail parle : un trottoir défoncé, une Suzuki esseulée, le boubou d’une ménagère, le costard d’un businessman, une affiche vantant le « cashless payment », une bâtisse néostalinienne, le tee-shirt « Carlsberg » d’un passant, etc…

General-Viera-Tillim-ParisBazaar-Ghis

Guy Tillim – General Viera Da Rocha Beira – 2017

Ironiquement, face à ses clichés, Tillim fait de nous des Parisiens en terrasse (rôle que le Parisien endosse sans grande résistance, il est vrai). A ceci près que : la faune des Grands Boulevards a cédé la place aux foules d’Accra, Maputo ou Dar es Salaam. 

Il a saisi, sans doute, que le Parisien, une fois en terrasse, papillonne un peu, certes, mais déploie une attention, une curiosité, un sens de l’observation peu communs. Car il prend son temps. Il s’attarde ici ou là, relève une démarche, un visage… s’en amuse, commente… opère des rapprochements, des statistiques. En deux mots : il regarde VRAIMENT.

Et de fait, on ne saurait apprécier l’œuvre de Guy Tillim autrement. 

Olivier Ghis

Entebbe Road-Tillim-ParisBazaar-Ghis

Guy Tillim – Entebbe Road, Accra – May 2017 

ET SINON, QUI EST CE MONSIEUR ?

• Né en 1962, à Johannesburg, Afrique du Sud. Guy Tillim Il commence la photographie en 1986, participe au collectif Afrapix (réunissant des photographes en lutte contre l’apartheid) jusqu’en 1990. 

• Il sillonne ensuite l’Afrique en photographe free-lance, tant pour la presse locale qu’étrangère, ou des agences comme Reuters et l’AFP.

• Publié dans de nombreuses revues, exposé dans une quinzaine de pays, Guy Tillim a également reçu de nombreux prix : Prix HCB 2017, Daimler-Chrysler Award, Prix Leica, Lauréat du Musée du Quai Branly, etc. 

OUI, BON, D’ACCORD : MAIS C’EST OÙ ?

Fondation Henri Cartier-Bresson

79 Rue des Archives • 75003 Paris

Jusqu’au 2 juin 2019

Guy Tillim, Museum of Revolution

www.henricartierbresson.org

BONUS

Vous aimez Tillim ? Voici de quoi l’aimer davantage…

Supporters-Tillim-ParisBazaar-Ghis

Guy Tillim – Supporters of Jean-Pierre Bemba line the road as he walks to a rally from the airport, Kinshasa – July 2006

Praça do Metical-Tillim-ParisBazaar-Ghis

Guy Tillim – Praça do Metical, Beira, Mozambique – 2017

Petrosvillage-Tillim-ParisBazaar-Ghis

Guy Tillim – Petrosvillage, Malawi – 2005

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *