Le Gimmick Rock du Rock’n’Râleur : « How Many More Times »

e Gimmick Rock du Rock'n'Râleur-How Many More Times-Led Zeppelin-Ouv-ParisBazaar-Basset

 Le Rock’n’Râleur vous livre ses anecdotes que lui inspirent des célèbres Gimmicks Rock qui demeurent dans son cœur et dans son froc. Aujourd’hui, How Many More Times de Led Zeppelin !

 

Ce gimmick de How Many More Times de Led Zeppelin me rappelle une anecdote de Frédéric Dard, relatée dans son livre autobiographique « Je le jure » .

Quand il était petit garçon pendant la guerre, sa famille habitait une maison mitoyenne. Les voisins étaient fâchés avec ses parents mais les enfants des deux maisons, indifférents aux affaires des adultes, jouaient ensemble.

Un jour, un zeppelin passe au-dessus de chez eux. Le petit Dard, pas le gros Dard, ça c’est autre chose, le petit Frédéric Dard qui l’a vu dit aux voisins :

-« Oh, regardez, un zeppelin ! »

Mais les voisins regardent leurs chaussures :

-« Non non, y’a pas de zeppelin ! »

Ces gens, à partir du moment où c’était le fils des voisins avec qui ils étaient fâchés qui leur indiquait le zeppelin, ils le niaient.

Aucun examen de conscience. Toujours la faute imputée à l’autre.

Comme les mecs qui disent :

-« Oh machine, au lit c’est pas une affaire ! »

Comme s’ils étaient les étalons de l’attirance universelle.

Moi, à la place de la nana ayant eu vent du ragot, j’irais trouver ce gougnafier et je lui dirais :

-« Non, mais tu t’es demandé une seconde pourquoi je n’étais pas une affaire ? …  T’as vu ta tronche ? Pas un pet d’humour et une haleine de léopard… En plus, t’as à peine dégainé ton petit pistolet que le coup est parti… T’inquiète, je suis une affaire pour d’autres ! »

Prends ça dans ta gueule.

Et puis je lui dirais :

-« Tiens, je te laisse une seconde chance, mon grand goujat. »

Auparavant j’aurais enfilé un collant couleur chair avec un faux sexe cousu dans l’entrejambe et qui brillerait de désir dans la pénombre. Au moment de la pénétration, le connard buterait dessus et se retrouverait avec le zgueille en arc de cercle. Il hurlerait de douleur, et moi je rirais à en faire pipi dans ma culotte. Sous le collant. Bref.

Mais je ne suis pas gentil. J’ai hérité de la méchanceté de ma mère la Polak. La brave femme.

Faut dire que je sature de trop d’injustice et de désertion du bon sens. Par exemple, un carrefour où y’a 15 morts par an. On a payé un mec, un « urbaniste » 10 000 euros par mois pour plancher sur un carrefour sécure. Mais non. Ça continue.

Persistance dans l’erreur. Alors qu’il suffirait de demander au péquenot du coin, qui dirait avec une logique implacable comment éviter ça. Avec un verre de rouge autour d’une partie de dominos.

Combien de fois il faut qu’ils se plantent tous ces cons pour enfin comprendre !? Howard manque more times ?

Pareil pour les « gouvernants » . Y’a jamais un mec de leur staff qui arrive du front des choses pour leur dire qu’il y a les couilles qui leur manquent dans le potage ?

Comme l’éclaireur dans les westerns qui revient des lignes apaches où il s’est infiltré pour dire aux Tuniques Bleues que ça craint. Persistance dans l’erreur toujours.

Et arrogance affichée.

Et nous qui payons, payons, payons. En cash et en santé mentale.

C’est quand qu’ils passent les encombrants ?

Francis Basset

Lire le Gimmick Rock du Rock’n’Râleur, c’est bien.

 L’écouter, c’est très bien aussi… En plus, il y a la guitare !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

VOUS AIMEZ ? REJOIGNEZ-NOUS ET ABONNEZ-VOUS !

DÉCOUVREZ MAINTENANT