« Nous Sommes ce que nous Fumes » : le Feuilleton de Paris Bazaar

Nous sommes ce que nous Fûmes-Marylin-Ouv-ParisBazaar-Bergman

Avec Boris Bergman suivez les folles aventures d’Alex Korn, songwriter passé de vie à trépas. Vous découvrirez que l’Enfer n’est pas ce qu’on croit, qu’il est même très bien fréquenté et que l’ange Gabriel porte le Perfecto. Un feuilleton totalement barré. Un bonheur pur Bazaar !

Chapitre V : Le bal de l’Ange ou « Mais qui a encore tué Pavel Papitok »

Où l’on danse en enfer avec les invités de marque de l’Ange Gabriel…

Tu m’as l’air pensif, Alex ?

– Je me demandais pourquoi ils font tous la tête de la presque belle qu’on n’nvite jamais à danser…

– Les voix de la mélancolie sont impénétrables, Alex.

– Encore un cliché, oncle Léonide…

En voici un autre, cher neveu : ils repensent à ce qu’ils ont été aux paillettes, aux allées sombres où ils sont tombés, aux sourires des femmes et des hommes qui les ont relevés. Ils se souviennent, et ça déjà, ça rend triste. Dirigeons nous vers le buffet. Gabriel va bientôt faire son discours de bienvenue, et il n’aime pas qu’on l’écoute la bouche pleine.

«Tu tapes encore sur le temps

T’es d’l’bas pas étonnant

Le rock paraît qu’c’est pas ta came

Tant pis pour nous, plus d’quoi faire un drame

Tu es ce que tu fumes sans les plumes

Qui nous attend au quai des brumes ?»

« Journal d’Alex (suite sans fin)

La salle de bal n’était que miroirs et tous s’y reflétaient. Et tous saluèrent leur reflet. Doux aveu de cette gloire perdue un soir, au détour d’une coulisse mal éclairée par un projo égoïste. »

Bonjour Miss Gardner.

– Bonsoir Frank… répond au miroir la comtesse Gardner qui a ce soir renoncé aux escarpins rouge drapeau. Sinatra se mord la lèvre inférieur d’un sourire… C’est ce moment qu’attendaient les lumières pour se tamiser… Mr Wong Howe est à la console lumière. Frank S. sait qu’il n’a aucun soucis à se faire. L’Ange Gabriel fait signe à Nelson Riddle. Frankie pichenette le bord de son pork pie bleu nuit. Les canapés s’écrasent au ralenti sur le dance floor. Soupir général. Gabriel tombe dans les bras de monsieur Monsieur. Sinatra chante :

« When I was seventeen, it was a very good year

It was a very good year for small town girls

And soft summer nights

We’d hide from the light on the village green…

(tous reprennent en chœur) …

When I was seventeen…

Joni Mitchell qui attend son tour à quelques mètres de la scène tangue de bâbord à tribord. Une larme coule sur sa douze cordes. Ce n’est pas la première fois, même si elle ne visite cet endroit qu’une fois tous les…  Mais ceci est une autre histoire. Les violons de Nelson Riddle s’expriment en toute liberté… Frankie S. serre Ava G. contre lui. Ils valsent. Ava cherche la caméra. Elle chuchote à l’oreille du crooner :

Dès que Joni a fini de chanter « Blue », on se fait une scène.

– À quel propos ?

– Pour rien comme d’habitude, sauf que cette fois c’est pour la bonne cause.

– C’est pour ce soir ?

– Non Frank… Il faut d’abord que Morisson trouve la salle des machines… Selon Léone, c’est là que se trouve la clé de la sortie…

– Tu crois qu’il y en a une?

– Je n’en sais rien. En attendant, je dois chanter « Drinking Again » sinon le tyran à plumes va encore me punir.

Jim Morrison déguisé en serveur s’approche du buffet où Léone vante la qualité de ses produits.

Comment elles sont « dures »… ? Les pâtes ça se mange al dente. Sur mes tournages, personne ne s’est jamais plaint de la cuisson de mes linguini. Monsieur Wong Howe… e vero que vous êtes un des plus grands directeurs de la photo de Taiwan et d’Hollywood… Je n’vous dis pas comment il faut éclairer le canard laqué et les tripes de porc à la vapeur. Alors…

Nous sommes ce que nous Fûmes-Sergio Leone-ParisBazaar-Bergman

Jim Morrison l’interrompt.

Je suis repéré, Sergio… Papitok, Pavel Papitok le Chimiste…

– Et alors, fratello ?

– S’il me trouve, il va encore me chanter « Light my Fire » en me caressant les cheveux.

– Il chante juste ?

Non mais on s’en fout. Il va nous faire repérer… Mate.. À coté de Gabriel… Le nouveau chef des matons… Paraît que c’est un ancien parolier. Il est prêt à tout pour plaire au vieux…Dés son arrivé en enfer, John Fink a été sacré Chef Maton par son Angerie. Nul doute qu’il fera tout pour être digne de cette promotion dont il fut l’objet.

– Tu n’m’as pas dit qu’il serait là… Léonide…

– Tout ce qui est en haut est pareil à ce qui est en bas, Alex. Regarde son Angerie… Quand son tic de l’œil gauche lui reprend, c’est mauvais signe… .

– On peut savoir où est passé Marilyn ? Elle sait qu’elle doit chanter pour mon non-anniversaire.

– Elle a le trac, elle ne va pas tarder.

– Elle ne peut donc jamais être à l’heure.

– Qu’est-ce que vous faîtes de sa réputation, Gabriel ?

– Je me fous de sa réputation, monsieur Monsieur… Frayez-vous un chemin dans cette foule de pique-assiette et retrouvez-moi la Monroe avant que je la ramène à sa réalité… Catalaves ?

– Je croyais que vous deviez éviter de parler grec.

Monsieur Monsieur, vous êtes mon bras droit et mon œil gauche quand les miens sont fermés. Je sais qu’organiser ce bal ne fût pas facile mais retrouvez-moi au plus vite cette fausse blonde… Catalaves colobaras ?

– J’ai pas compris le deuxième mot. C’est aussi du grec ?

À l’entrée des toilettes pour hommes, Marilyn essuie une larme avant qu’elle ne s’épanche sur la photo de Joe Di Maggio.
La photo d’Arthur Miller a échappé à ce sort enviable en restant au fond du baise-en-ville de la diva. Marilyn est contrariée. Impossible de retrouver son bâton de rouge à lèvres fétiche.

Monsieur fait une annonce au micro :  «Madame Monroe est priée de se présenter au devant de la scène dans les plus brefs délais… Je répète, madame Monroe…»

Pavel Papitok, l’homme qui fabrique lui-même ses lunettes d’hypermétrope avec les tessons de ses bouteilles de vodka, titube en montrant Jim Morisson du doigt.

– Je t’aime Jim, chante avec moi « Zajgi va mnié mnie agone. »

Jim a pris de court le bras de Pavel en le dirigeant vers la porte attenant à la scène. C’est bien la porte qui mène à la salle des machines. Celle qui mène peut-être à la sortie. La photo tombe des mains de Norma Jean Monroe. Elle ne fait aucun bruit en se pliant élégamment sur le chêne du parquet. Les photos, ça fait rarement du bruit. Mais pour cette occasion, le parquet aurait pu faire un effort.

Mitchum qui n’a rien manqué de la scène lui fait un salut militaire.

Elle fait de même. Chez elle, c’est une habitude.

Nous sommes ce que nous Fûmes-Mitchum-Marylin-ParisBazaar-Bergman

Les matons de John Fink, le nouveau Kapo de l’empire de l’Ange, ont trainé Pavel Papitok hors de la salle de bal. Deux stagiaires ont essayé de faire de même avec Jim M. mais c’est bien mal connaître le chanteur qui sait donner le change quand il faut le donner.

Et où allez vous comme ça ? ricane le stagiaire.

– J’allais chercher ma guitare, monsieur le Maton.

– Et où ça, monsieur Morisson ?

– Dans la chambre de Buddy Holly.

– La chambre de monsieur Holly est par-là et non par ici.

– Cela dépend de ce que vous entendez par « par ici » ou « par là ». Écoutez frère Maton, Buddy Holly m’a dit que je lui avais piqué sa Stratocaster. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il boude et ne veut pas sortir de sa chambre. Vous devriez allez voir « par là ».

Le maton a tourné la tête et Jim a disparu. La première partie du plan Léone-Morrison semble avoir fonctionné. Marlène fait cuire son bœuf bourguignon à petit feu en fredonnant «Ich hab’ mein herz in Heidelberg verloren» Sergio Leone lui passe le sel.

Vous savez, madame Dietrich, c’est la chanson que j’aurais utilisé pour mon  « Stalingrad », si on m’en avait laissé le temps.

Léone pose sa passoire et sa toque de chef.

« Trêve de Noël : Soldats allemands et russes ramassent leurs morts. Un pianiste prodige tape sur un piano survivant. Traveling latéral sur cette jeune infirmière alsacienne qui chante «Ich hab’ mein herz in Heidelberg verloren»…

– Vous me rappelez ma vie d’en bas, herr Leone ..

– Ma , y a-t-il veramente une différence avec la vie d’en haut ?

– Je trouve pour ma part, lieber Sergio, que la comédie a assez duré. Je m’ennuie…

– Autant qu’au Paradis où je vous ai connu ?

– Vous savez bien que le Paradis n’existe pas, Sergio.

Nous sommes ce que nous Fûmes-Marlène Dietrich-ParisBazaar-Bergman

John Fink fait signe au couple germano-italien de se taire. L’Ange Gabriel va faire son discours :

Bienvenue au bal de l’Ange… Bienvenue en Enfer, Alex Korn… car comme vous pourrez le vérifier auprès de vos petits camarades, l’Enfer est l’endroit où il faut être. Demandez à ceux qui ont fuit ce Paradis où tout le monde, j’ai bien dit tout le monde, s’emmerde à 100 sous d’une heure qui n’a plus de raison d’être… Ce qui n’est pas étonnant quand on sait que cette partie du ciel est gérée par un ange toxicomane et déchu. Bon, je m’égare, le manque de sommeil sans doute… ou la drogue peut- être… Et maintenant du bleu pour tous… Frères infernaux, schtroumphisez moi tout ça…

Une nappe de lumière bleu s’abat sur les invités.

Léonide…

– Oui, mon neveu.

– Quand tu as un moment, tu m’expliques pourquoi tous les participants ont une poupée à l’index. Ils se sont donc tous blessés au même endroit et au même moment ?

– Gabriel est à cheval sur l’hygiène. On leur a fait un test ce matin.

– Ça veut dire qu’ils saignent ?

– Je suppose…

– On saigne encore dans cette partie du ciel, Léonide ? Éclaire ma petite lanterne s’il te plaît.

– Chaque chose en son temps. En attendant, fais semblant d’être passionné par le discours de notre Angerie. Dans le cas contraire, ta séance de travail avec notre auteur-compositeur ailé risque d’être la pire que tu ais connue…

– T’en es sûr ?

– Positif. Trop tard. Fink t’a repéré. Il va cafter. Tu es mort… enfin un peu plus.

Le micro grince. Sergio Leone a foutu le souk dans les branchements éléctriques. La garde rapprochée de son Angerie le plaque au sol. Il répond à cette agression en chantant : « Voglio fare il gentiluomo ma non voglio piu servir »

Gabriel se penche vers Monsieur.

Qu’on fasse fermer le clapet au Rital. Il va foutre ma soirée en l’air.

Jim est déjà loin. Si l’on en croit Léonide, les yeux et les oreilles du roi Gabriel mettront plusieurs nuits à le retrouver. Quand ils le retrouveront, s’ils le retrouvent, il sera en haillons mais il aura la banane. Léonide est certain qu’il fera passer à Léone un mot codé qui dira quelque chose comme : « I know how to get out of this place this is the last thing we’ll ever do »

En attendant, les lumières sont revenues sur elles-mêmes. Le marchand de gaufres traverse la salle de bal hébété…

Et qu’est ce qu’il fait ici, celui-là ?

– J’ai pensé que ça pourrait égayer la soirée, votre Angerie.

– Avec sa carriole de merde il va me rayer le parquet, monsieur Fink

– Ça n’arrivera plus .

– Ça n’arrivera plus vôtre Angerie.

– C’est mieux, Fink…

Peggy Lee chante Gaby tu n’es pas un Ange. Gabriel rit jaune. Sterling Hayden applaudit et donne une grande claque dans le dos de Monsieur qui s’étouffe sur sa tartine de foie haché pour la plus grande joie de tous.

Marilyn cherche toujours son rouge à lèvres customisé par Max Factor mais il y a plus urgent : trouver la lentille de l’œil droit qui s’est à coup sûr planquée sous le buffet du bal.

À quelques canapés de là, Ava boit le champagne de la coupe de Sinatra.

Tu es coléreux et j’ai mauvais caractère, mais n’oublie pas que c’est grâce à moi que tu as eu le rôle dans « Tant qu’il y aura des Hommes. »

– Rôle qui m’a obtenu l’Oscar. Je ne l’ai jamais oublié, Comtesse. C’est aussi grâce à toi que l’on a commencé à me faire confiance comme acteur… Je peux vous aider, mademoiselle ?

– Vous m’avez suffisamment aidée en bas…

– Marilyn ?

– Elle-même, Frankie…

Aaaaaaaaaaaaah !! Cri d’effroi, suivi du célèbre Poo-Poo-Pidoo. Marilyn a soulevé le pan de la nappe du buffet, toujours à quatre pattes, une main sur la bouche et l’index pointé sur le corps d’un Pavel Papitok hilare. Les lèvres cernées par une épaisseur de rouge incandescent flottant gentiment dans une mare d’hémoglobine.

Et en plus, il a utilisé mon rouge à lèvres préféré… soupire Marylin.

Nous sommes ce que nous Fûmes-Marylin-ParisBazaar-Bergman

Gabriel, Monsieur et Alex se sont approchés du corps inanimé. Gabriel se met un rail dans les naseaux et fait signe à John Fink de reprendre possession du miroir aux blanc sillons. Léonide s’agenouille.

Ce n’est pas la première fois qu’on l’zigouille mais il n’a jamais fait aussi mort.

– S’il ne l’est pas, c’est bien imité, interrompt Alex.

Gabriel se tourne vers Fink.

Veuillez faire installer le cordon de sécurité. Ça m’a tout l’air d’un suicide maquillé en meurtre, estime Gabriel.

– Vous êtes sûr qu’il ne fait pas semblant, votre Angerie ?

– Ne m’interrompez pas, Fink…Ne vous inquiétez pas, cher Alex. Nous allons retaper ce bon Papitok. Une fois passé par les mains de nos embaumeurs-vaudous, il sera comme neuf.

Gabriel s’éloigne et jette un regard anthracite en direction d’Alex Korn, son parolier préféré… mais pour combien de temps ? L’Ange déçu balance sans se retourner un :  « À demain, Alex. N’oubliez pas vos cahiers et vos stylos. Nous allons en avoir besoin. Je suis en pleine forme créatrice. »

John Fink lui ouvre la route. Les nettoyeurs emportent le corps de Pavel Papitok. La salle se vide. Léonide fait signe à Alex de le suivre.

Tu vas me demander qui est le clown russe qu’on a retrouvé sous le buffet ?

– … Pavel Papitok, de son vrai nom Pavel Pavlovitch Livrant. Chimiste bien connu en RDA pour s’être spécialisé dans les drogues hallucinogènes utilisées par le KGB, la Stasi et autres associations caritatives. Porté disparu après la chute du mur, on dit qu’il a mis ses compétences au service de quelques stars du cartel colombien. Je l’ai rencontré à une table de baccara au Sands à Vegas.

Ensuite ?

– Rien qui doit t’intéresser aujourd’hui.

– Dis -moi Léonide, après Gabriel tu es le maître des lieux ?

– Je l’étais mais j’ai eu quelques désaccords avec son Angerie.

– Mon deuxième cerveau me dit que tu me caches l’essentiel…

–  Tout dépend de ce que tu appelles l’essentiel, Alex ?

– La vie avec les autres… ceux qu’on aime… ceux qu’on aime moins… la vie…

– Te voilà devenu bien sage.

– Je me pose des questions, c’est tout.

– Essaye pour voir… Je verrai si je peux te répondre, Alex…

Deal. Dis moi cher Oncle, où sommes-nous vraiment ?

À suivre…

Où l’on verra, dans le chapitre 6, que les choses se précisent même si l’on n’a pas encore la réponse à la question d’Alex (Korn).

Boris Bergman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VOUS AIMEZ ? REJOIGNEZ-NOUS ET ABONNEZ-VOUS !

DÉCOUVREZ MAINTENANT