Salons de Musiques et Plaisirs Virtuels

Salons de Musiques-Gorillaz-Ouv-ParisBazaar-Borde

Le confinement nous enferme mais la musique nous libère. Alors que nous sommes assignés à résidence, les artistes viennent jouer et chanter chez nous. Bonheur virtuel, certes. Mais bonheur quand même !

Le confinement toujours et encore ! Lui qui nous empêche d’aller et venir comme bon nous semble, d’aller boire un café au comptoir, de se rendre chez le disquaire, ou d’aller faire la fête. Heureusement, on peut toujours aller voir des concerts… Ah mais non, les salles sont fermées. De nombreux artistes ont tout de même, en quelque sorte, trouvé la parade.

Ils se sont organisés pour apparaître sur la toile en présentant des concerts en direct payants. Certains proposent, en même temps que le concert, quelques bonus. C’est le cas de Gorillaz, qui créé l’événement avec trois performances visuelles à des créneaux horaires différents pour présenter Song Machine, Season One : Strange Timez, son nouvel album (sur lequel on retrouve toute une série d’invités dont Elton John, Robert Smith, ou encore Fatoumata Diawara) sur deux jours et trois créneaux horaires différents.

Les habitants de l’Océanie, l’Asie, et les Etats-Unis pourront découvrir le show samedi 12 décembre. Le lendemain, dimanche 13 décembre, ce sera au tour des Britanniques, des Européens et des Africains. Pour 40 euros maximum, l’acheteur et trois de ses copains pourront bénéficier du concert avec, en plus, un économiseur d’écran original signé Jamie Hewlett, ancien co-locataire de Damon Albarn, qui s’occupe de tout le visuel du groupe anglais depuis ses débuts.  

Le merchandising, qui permet aux groupes de toucher quasiment directement de l’argent, n’a pas non plus été oublié. Comme pour les concerts physiques, certains permettent à leurs fans d’acheter un ticket pour la prestation virtuelle avec tee-shirt exclusif. C’est là-dessus qu’a misé Stone Temple Pilots. Le groupe de San Diego a profité de cette occasion pour rejouer entièrement Purple, son second album sorti en 1994, classé six fois disque de platine aux Etats-Unis.  

En France, les artistes ne sont pas non plus en reste. Rodolphe Burger, ex-chef de Kat Onoma, s’y est mis aussi malgré quelques réticences compréhensibles concernant notamment les qualités sonores de certaines diffusions. Le musicien-compositeur-chanteur-producteur y a même pris goût lors d’un concert diffusé en direct sur la page Facebook d’Arte.

Cette fois-ci, l’artiste s’est mis à son compte suite à l’annulation des premières dates de sa tournée pour la promo d’Environs, son nouvel album. Entouré de la contrebassiste et chanteuse Sarah Murcia et du batteur Christophe Calpini, Rodolphe Burger a donné une prestation d’une heure et demie pour des sommes allant de 15 euros, pour un « simple » spectateur, à 50 euros, pour un spectateur souhaitant également télécharger le spectacle et recevoir aussi deux CDs dont un composé uniquement de titres inédits.

Tous ont pu assister à un moment exceptionnel au cours duquel l’artiste alsacien a accueilli la comédienne Jeanne Balibar, qui a interprété deux titres de Paramour, album qu’elle a sorti en 2003, entièrement réalisé par son hôte. Le concert, filmé dans le Haut-Rhin, à la chapelle de Saint-Pierre-sur-l’Hâte, un monument historique bâti sur les terres de Sainte-Marie-aux-Mines, où Rodolphe Burger réside et possède le studio d’enregistrement Klein Leberau, a réuni 400 internautes. Une jolie performance pour une première.   

De nombreux autres artistes, qui ont joué gratuitement durant le premier confinement, vont tout de même être rémunérés de leurs apparitions quotidiennes. La SACEM, qui s’occupe de leur filer de l’argent en échange de leur travail, a mis en place une « rémunération exceptionnelle des droits d’auteurs ». Les montants sont, cependant, loin de ce qu’ils pourraient toucher avec un « vrai » concert. Pour preuve, tout live de plus de 20 minutes rapporte… 76 euros ! Chaque clic de visionnage vaut… roulement de tambours… 0,001 euro !

On ne peut vraiment pas dire que les musiciens qui se sont produits chaque jour devant nous l’ont fait pour l’appât du gain. Le versement de cette fortune pour des artistes comme M, Kent, ou encore Jean-Louis Aubert aura lieu en janvier 2021. Si c’est pas magnifique ça !    

Rassurez-vous, les mastodontes sont là pour faire du blé ! Pour une fois Metallica ne va pas tout empocher. Le week-end dernier, le groupe californien a joué depuis son Q.G. de San Rafael pour « All Within My Hands », l’association qu’il a fondée en 2017 et qui lutte notamment contre la pauvreté.

Devant un mur de fans filmés en webcams, le quatuor a d’abord interprété huit morceaux en acoustique, dont All Within My Hands (évidemment !) avec Castor Hetfield, fils du chef chanteur James, aux percussions, Nothing Else Matters, et deux reprises : Turn The Page de Bob Seger et When A Blind Man Cries, morceau  de Deep Purple sorti en 1972 sur le mythique album Machine Head.

Il a ensuite joué en électrique six autres titres dont Master Of Puppets, Enter Sandman, et une reprise inédite de The House Of The Rising Sun, morceau des Animals sorti en 1964. Là encore, le prix des « places » allait de 15 dollars pour un « simple »  spectateur à 55 dollars avec le spectacle en direct, la possibilité de le regarder plus tard et de télécharger tous les morceaux en MP3, et un tee-shirt inédit signé par l’artiste américaine WolfSkullJack.

Tout l’argent récolté a été reversé à l’association caritative. Preuve que, même si Metallica est connu pour sa cupidité, les quatre metalleux peuvent aussi avoir un très grand cœur.

À noter que de nombreux autres artistes comme Nick Cave, Gwar, Billie Eilish, Kylie Minogue, ou encore Pearl Jam, dont le concert a duré trois heures, se sont déjà produits virtuellement. Boy George et Culture Club vont se produire ce dimanche depuis la légendaire salle londonienne du Royal Albert Hall. 

Dans nos contrées, le grand Sébastien Tellier s’est produit le 13 novembre sur Arte depuis La Gaîté Lyrique à Paris. Le concert est toujours disponible en streaming. Les plus courageux ont pu assister à la prestation virtuelle de Patrick Fiori le 14 novembre. Ils devront même reprendre des forces pour les concerts de M Pokora le 8 décembre, Liane Foly le 16 décembre, et Gims le 20 décembre. Saleté de mois de décembre !  

Laurent Borde    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VOUS AIMEZ ? REJOIGNEZ-NOUS ET ABONNEZ-VOUS !

DÉCOUVREZ MAINTENANT