Hellfest, 15é édition : le Paradis en Enfer !!

Comme chaque année depuis 15 ans, Clisson s’apprête à voir débarquer des milliers de touristes souvent de noir vêtus, venus participer à l’un des plus grands festivals de Metal au monde.  

À l’heure où le festival des Vieilles Charrues se fourvoie en invitant Céline Dion, où Rock En Seine comprend enfin que le rock est un genre majeur, après sa tentative ridicule de 2018 avec PNL et Macklemore, remontée avec le concert de The Cure l’an dernier et avant celui de Rage Against The Machine cette année, un seul festival n’a jamais changé sa ligne de conduite: le Hellfest !  

Du hard rock, du black metal, du metal symphonique, du punk, de la fusion, du stoner, du thrash… Depuis le début tout y passe. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les artistes internationaux se précipitent sur les scènes de Clisson. De Motörhead à Marilyn Manson, en passant par Deep Purple, Tool, Slipknot, Megadeth, Stone Temple Pilots, King Diamond, ou encore Rob Zombie. Tous sont venus en Loire Atlantique.

Il permet aussi à des artistes peu connus d’être révélés, comme les excellents anglais d’Employed 2 Serve ou les Australiens de The Living End. Les artistes français s’y retrouvent aussi. Rien que l’an dernier, Gojira, Lofofora, Mass Hysteria, Ultra Vomit, et No One Is Innocent. Tous sont venus se présenter devant un public international, venu des quatre coins de la planète. Le Hellfest n’est pas seulement l’un des plus grands festivals français, c’est aussi l’un des plus grands festivals de metal au monde. Le moins que l’on puisse dire est qu’il a fallu être costaud pour tenir le coup.      

Hellfest-le Paradis en Enfer-Visuel-ParisBazaar-Borde

Depuis le premier Hellfest en 2005, Ben Barbaud, le créateur du festival sous sa forme actuelle, s’en est pris plein la gueule. Par des politiques en mal d’électeurs et totalement incultes comme Christine Boutin, évoquant, en 2010, une affiche «d’une violence morbide rare», susceptible de «choquer les enfants.»

Continuant dans ses délires, elle avait même prétendu, dans Ouest-France, que le Hellfest «peut influencer négativement des jeunes en fragilités psychologiques au point des les amener à poser des actes graves et violentsEncore plus drôle, l’ex-ministre du Logement et de la Ville avait été jusqu’à écrire à Kronenbourg pour demander à la marque alsacienne de cesser son partenariat avec le festival. Loupé !

Mais heureusement, le croisé du Puy du Fou était venu à sa rescousse. La même année, Philippe de Villiers, lors d’un meeting à Nantes avait déclaré : «Nos valeurs ne sont pas celles qui poussent le conseil régional actuel à financer un festival sataniste.» Là encore, loupé ! On passe évidemment sur les immondes groupes radicaux, très souvent d’extrême-droite, qui ont tout fait pour que le festival s’écroule.

Heureusement, le Hellfest pouvait compter sur des soutiens de poids comme Frédéric Mitterrand, alors ministre de la Culture, ou encore Patrick Roy, regretté député nordiste à l’immuable costard rouge, et farouche défenseur du festival qu’il alla évoquer jusqu’à l’assemblée, toujours la même année, brandissant un numéro de Rock Hard.

Encore plus fort, en 2016, Bruno Retailleau, sénateur conservateur et ex-président du conseil régional des Pays de la Loire, demandait expréssément de retirer le groupe Down de l’affiche du Hellfest, suite aux conneries malsaines de Phil Anselmo, complètement bourré, lors d’un festival à Los Angeles en janvier 2016.

La région décidait de retirer ses ridicules 20 000 euros de subvention, lesquels ne pesaient que peu de chose au regard des 16 millions de budget de l’époque. C’est toujours drôle d’entendre des politiques parler de groupes dont ils ne connaissaient même pas l’existence, juste pour une petite gloriole désuète. De toute façon, embourbé dans ce scandale, Down avait fini par annuler de lui-même sa tournée européenne.

Le Hellfest aujourd’hui se porte à ravir. Avec un budget de 25 millions d’euros l’an dernier et un chiffre d’affaire de 28 millions, le Hellfest rapporte. Et pas qu’artistiquement. Débarquez à Clisson le troisième week-end de juin, les vitrines, que ce soit celle d’une pharmacie ou d’une supérette, sont très souvent aux couleurs du festival. Et tout est fait pour faciliter la vie des 180 000 festivaliers.

Sans parler des retombées économiques sur l’hôtellerie, la restauration, la SNCF qui aménage des trains spéciaux… Clisson et la Loire Atlantique sont désormais connus partout dans le monde. Seul Wacken, autre festival de metal renommé mondialement, qui se déroule dans un village du nord de l’Allemagne, a réussi le même pari. Dire qu’au début, en 2005, Ben Barbaud et Yoann le Nevé, deux passionnés de hard, de metal, et de punk, n’osaient pas parler de hard rock lorsqu’ils ont créé le festival sous sa forme actuelle…

Pour fêter ses quinze années d’existence, le Hellfest a mis les petits plats dans les grands. Le vendredi, les Deftones, les punks d’Offspring, Incubus, Baroness, Obituary, les Danois de Volbeat, les Suédois d’Opeth, ICE T et Bodycount, ou encore les imprévisibles black metalleux de Mayhem seront sur scène.

Le lendemain, ça ne rigole pas non plus. Sepultura,  Wardruna, Social Distortion, Agnostic Front, Airboune, Faith No More, et les légendaires Deep Purple seront à Clisson.

Pour finir en beauté, et en puissance, le dimanche, Killing Joke, qui fait plus de bruit qu’un supersonic. Judas Priest et le charismatique Rob Halford. Watain, Gaahls Wyrd, Korn, Meshuggah et System Of A Down vont se produire sur l’une des six scènes de ce festival à l’ambiance extraordinaire. Réussiront-ils à faire aussi forts que les shows grandioses l’an dernier d’Anthrax, de ZZ Top ? Et de Kiss, avec Paul Stanley au milieu du public ? Sans oublier  Slayer et son set hallucinant ?

Hellfest-le Paradis en Enfer-Programme-ParisBazaar-Borde

Quoiqu’il en soit, le Hellfest est synonyme de qualité. Preuve en est, les sacro-saints pass 3 jours se sont écoulés en moins de deux heures lors de leur mise en vente le 9 octobre dernier, alors qu’aucun nom n’était encore dévoilé. Même scénario pour les pass 1 jour qui se sont vendus mercredi dernier en moins de temps qu’il n’en faut pour dire ouf !

Le succès du festival n’est plus à démontrer. Le Hellfest mérite sa renommée mondiale. Pendant trois jours, du 19 au 21 juin, le paradis sera à Clisson. Un paradis infernal et tellement bon !  

Laurent Borde

Le 15é Hellfest, du 19 au 21 juin à Clisson. Loire-Atlantique.

One thought on “Hellfest, 15é édition : le Paradis en Enfer !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VOUS AIMEZ ? REJOIGNEZ-NOUS ET ABONNEZ-VOUS !

DÉCOUVREZ MAINTENANT