La Bande Originale d’un Rock’ n’ Râleur : Langolff, Baloches et Taxi…

D’abord guitariste du légendaire Little Bob et puis auteur et parolier, Francis Basset connaît la musique et au minimum toutes les chansons. Ses souvenirs, ses humeurs. Bonheur pur Collector !

Chapiteau à la tronçonneuse

On avait 22, 23 ans quand on s’est rencontrés Franck et moi. Je jouais dans un groupe comme guitariste et on en cherchait un deuxième. Il m’a d’emblée impressionné par son coup de patte la première fois où je l’ai vu jouer. Grand et fort, son jeu de guitare lui ressemblait. Il occupait l’espace et on se demandait comment ses grandes mains larges pouvaient choisir les cordes avec autant de précision et les faire sonner.

Né au Maroc, il avait passé son enfance là-bas. Nous étions de caractères diamétralement opposés. Lui avec sa mère, sorte de Marthe Villalonga, qui le portait aux nues, mon fils, mon fils!  Moi élevé par la mienne polonaise, avec bouffe, radio, musique polonaises pendant toute mon enfance, et surtout profil bas polonais. Mes oncles avaient fait les mines du nord et ma mère donnait les lampes aux mineurs. « Ces gens-là » devaient rester à leur place. Surtout s’excuser d’être « « . Et las aussi.

Je me suis débattu dans cette servitude que Maria Glowaczyk m’inculquait. Dire que nous nous complétions Franck et moi serait inexact. Une attitude en deça, presque timorée, ne complète pas une énergie, une sûreté de soi inébranlables. Je faisais déjà les bals au sein d’un groupe quand Franck nous a rejoints. Rouennais d’adoption, on écumait toute la Normandie avec des incursions en Bretagne et dans le sud. On gagnait notre vie comme ça. 

Bashung disait que les vrais rockeurs français c’étaient  les balochards, je vois très bien ce qu’il voulait dire. Rock au sens authentique, vécu, nous l’avons expérimenté des dizaines de fois. Par exemple, un soir où on jouait sous chapiteau du côté du Neubourg et qu’un paysan du coin, interdit d’entrée du bal parce qu’il était ivre, avait scié les pieds du chapiteau pendant qu’on jouait, pour se venger. La toile s’était abattue sur l’orchestre.

Max et Robert la frite

Bal en matinée, encore sous chapiteau, à côté du Havre où une bande s’était pointée à trente pour foutre le bordel. Un copain à nous, Max, tendre voyou et redoutable bagarreur dansait tranquillement le rock. Il est venu au bas de la scène me demander les clés de sa voiture qu’il m’avait confiées. Et ce, au moment où la bande commençait à  agresser tout le monde et à vouloir casser notre matériel. Max aurait donné sa vie pour nous, Langolff et moi. 

Je me suis dit « Merde, on est mals. Même Max nous abandonne ». Il était avec un copain à lui, Robert la frite. Il vendait des frites et des saucisses merguez à la sortie du stade Robert Diochon à Rouen. Un costaud, presque aussi fondu que Max. Ce dernier s’éclipse et des mecs de la bande montent sur scène, dévissent les cymbales du batteur et les balancent dans la salle.  A ce moment-là, on entend un vrombissement rageur. Max avait fait irruption sous le chapiteau avec sa R16 et commençait à écraser ça et là les casseurs. 

De concert, si l’on peut dire, Robert la frite s’était saisi d’un banc de trois mètres de long et le faisait tournoyer au-dessus de lui, arrachant au passage une oreille, cassant des dents ou ouvrant un cuir chevelu. La bande a détalé, le calme est revenu. Max m’a redonné ses clés de voiture à garder et a repris son rock avec la nana comme si rien ne s’était passé de fâcheux. Les beaux jours. « On fumait des Gauloises Bleues… », chantait Yves Simon.

Langolff-Paradis©Claude Gassian

Graves à fond, aigus à fond : Tube !

Un mec m’a fortement marqué et impressionné dans le show bizness. Pas dans le bon sens. Aussi je ne dévoilerai pas son identité pour ne pas blesser les siens. Il avait une espèce de ceinture autour de la taille, comme une cartouchière où il glissait paquet de cigarettes, tablette de chewing gum, feutres de couleurs.

Si le portable avait existé dans cette fin des années 80, il aurait eu aussi sa place. Mais cette ceinture abritait surtout un stimulateur électrique qui envoyait des décharges sur la brioche où étaient posées des électrodes, comme pour un ECG version abdos, que notre homme voulait faire apparaître en carrés de chocolat. Mais y’avait du boulot

Il était le premier décideur du métier à qui Franck Langolff avait jugé bon de faire écouter la bande définitive de Joe le Taxi. L’homme aux abdos en devenir nous a reçus, il a pris la bande, l’a installée sur le magnéto et à déclaré, solennel :

« J’ai… han… un truc pour… han… reconnaître un… han… tube. »  Il avait réglé le voltage de la machine à abdos trop fort et ça le faisait ahaner, « Je mets… han… d’abord… les… han…  graves à… han… fond. »
Une sorte de magma Barry White s’est élevé dans le bureau.
« Et après… han… je mets… han… les aigus… à… han… fond. » Il a dit, très docte mais secoué d’impulsions électriques. Là, on a entendu comme un zonzon de mouche affolée contre une vitre. Le  « décideur » a retiré la bande du magnéto, l’a tendue à Langolff et à lâché : « C’est pas… han… un tube… han… Désolé. »

Un autre, plus avisé, avec du discernement et sans électrodes, a signé la petite et on connaît la suite.
Il a continué malgré tout à exercer très longtemps dans le métier en renouvelant régulièrement ce genre de bévue. En toute impunité. Comme quoi.

Francis Basset

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *