Le Cinéma de Richard : Gaspard, Sandrine et Bernard…

Le Cinéma de Richard-Ouv-ParisBazaar

Il a vu au minimum tous les films et il préside la Fédération Nationale des Cinémas Français. Avec Richard Patry, chaque mercredi, trois bonnes raisons d’aller au cinéma. Début de séance !

C’est sur une triste nouvelle que j’ouvre cette première chronique pour Paris Bazaar. Je l’ai appris comme vous la semaine dernière et ça a sidéré au-delà, je le sais, de la seule famille du cinéma. La fabuleuse trajectoire de Gaspard Ulliel s’est brutalement et tragiquement arrêtée sur une piste de ski. Ça m’a bouleversé.

Gaspard, c’était l’enfant du chéri du cinéma français. Il avait commencé très très jeune. C’était un garçon d’un talent et d’une sensibilité exceptionnelles, qui avait l’image d’une star, donc de quelqu’un d’inaccessible comme le sont les étoiles, et qui pourtant était tout l’opposé. C’était un garçon parmi les plus gentils, les plus partageurs et les plus sensibles que je connaissais.

J’ai eu la chance de le recevoir plein de fois, parce qu’en plus il aimait la salle de cinéma, il aimait le public des salles de cinéma. Il était d’une générosité absolue avec le public, il pouvait passer trente minutes à signer des autographes. Il avait un recul et une écoute rares sur son travail. Quand on le recevait, il fallait qu’on lui parle, qu’on lui dise ce qu’on pensait. Il prenait les choses et il les restituait devant le public.

Sa disparition me rappelle à quel point la vie est belle et qu’il faut la vivre pleinement, parce qu’elle est courte et qu’elle peut s’arrêter brutalement. Et c’est peut-être ce qui me réconforte un peu quand je pense à Gaspard et au vide qu’il laisse, à la tristesse qu’est la nôtre, c’est qu’au moins il a vécu sa vie, qu’il a fait des choses exceptionnelles et qu’il nous a donné à tous beaucoup de bonheur.

Le Cinéma de Richard-Gaspard Ulliel-ParisBazaar

Je n’ai ni la place ni le temps que j’aimerais pour vous parler de tous les films que j’ai aimés et qui sortent aujourd’hui en salles. Quand bien même les aurais-je que ça se suffirait pas de toute façon. J’en ai donc retenu trois qu’il vous faut voir absolument !

Je pense d’abord aux Promesses de Thomas Kruithof. C’est le film du moment. Avec deux monstres du cinéma qui se retrouvent face à face, Isabelle Huppert et Reda Kateb. L’histoire de Clémence, maire d’une commune du 93, qui s’implique et se bat notamment pour sortir une cité de l’impasse dans laquelle elle se trouve, minée par l’insalubrité et les marchands de sommeil.

Une élue à qui on va proposer un poste de ministre et qui va se trouver confrontée à un choix comme à sa propre ambition. Avec elle, on s’interroge. Est-ce qu’à un moment donné, cette ambition ne finit pas par s’effacer devant le pouvoir ? C’est une réflexion passionnante sur la politique.

Le film est très bien construit. Il tient du polar et livre en même temps une réflexion profonde sur ce que c’est aujourd’hui de faire de la politique. Et sur cette crise des vocations qu’on voit venir. Il y a bien sûr beaucoup de candidats à la l’élection présidentielle mais est-ce qu’il y en aura autant demain pour vouloir encore devenir maire d’une commune ?

Je pense à ces élus, comme celle qu’Isabelle Huppert incarne, en première ligne, qui sont tenus responsables de tout, du chien écrasé comme de la canalisation bouchée et qui sont en outre de plus en plus souvent victimes d’agressions et de violences. Les Promesses est un film qui raconte ce qu’est devenue leur réalité. Il traduit, c’est vraiment au coeur de l’histoire qu’il porte, la difficulté d’être élu aujourd’hui. À voir !

 

Autre film intéressant que j’ai beaucoup aimé, Une Jeune Fille qui va Bien, première réalisation de Sandrine Kiberlain. C’est toujours intéressant quand une actrice de talent passe à la réalisation. Le film raconte la vie d’une jeune fille de dix-neuf ans qui a le rêve de devenir actrice pendant l’été 42. Elle vit dans une famille juive, profondément française, profondément républicaine, dans laquelle il n’est pas possible de penser que le drame qui est en train d’arriver va arriver !

Quand on regarde le film, on sait ce qui va se jouer mais cette famille, elle, ne le sait pas. Elle vit comme si c’était tout simplement inconcevable. Et ça crée une forme très singulière de rapport à l’histoire. On a en permanence envie de dire à cette jeune fille qui va bien : « Mais, fais attention à toi ! Protège-toi ! » On est dans une vraie interaction. Et c’est très fort.

Par ailleurs, on ne peut que regarder ce film avec notre oeil d’aujourd’hui, à l’aune de ce que nous vivons. Donc, faisons attention ce que nous sommes, à ce que nous faisons parce que l’insouciance n’est pas toujours une bonne réponse.

Coup de chapeau à la jeune interprète, Rebecca Marder et au jeune Anthony Bajon que j’aime beaucoup. Une vrai coup de cœur donc pour ce premier film de Sandrine Kiberlain qui, je le pense, est un coup de maître !

 

Enfin, il faut voir Presque que réalise Bernard Campan et qu’il porte à l’écran avec le philosophe Alexandre Jollien. L’histoire d’une rencontre entre un croque-mort et un handicapé. Dit comme ça, évidemment on peut se demander.

Et pourtant, c’est un film délicieux qui parle du handicap et qui le montre. Qui raconte aussi qu’on peut vivre avec, à condition de se débarrasser de ses a-priori, de se défaire de ses préjugés. On peut écrire ainsi de formidables histoires d’amitié.

Au passage, le film est aussi une réponse magnifique à ceux qui ont pu imaginer ces derniers jours de regrouper les handicapés entre eux, qu’on les mette dans des ghettos en réalité.

À vous de découvrir !

 

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. À vous maintenant d’aller voir et de vous faire plaisir. Et n’oublions jamais que c’est dans les salles que le cinéma prend tout son sens. C’est dans une salle qu’un film vient au monde ! Bonnes et belles séances à toutes comme à tous !

Richard Patry

(Le Cinéma de Richard, c’est ici aussi !)

One thought on “Le Cinéma de Richard : Gaspard, Sandrine et Bernard…

  1. Bonjour,
    Je suis passionnée de cinéma. J’adore aller dans les salles.
    J’ai deux petits enfants, âgés de 8 ans et 11 ans, et je regrette
    le manque cruel de films pour cette tranche d’âge. Lorsqu’il y en a, ces films passent le mercredi ou le week end. Ne peut-on pas programmer ces films les autres jours de la semaine à l’instar de la programmation adulte ?
    Merci à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

VOUS AIMEZ ? REJOIGNEZ-NOUS ET ABONNEZ-VOUS !

DÉCOUVREZ MAINTENANT