Le Cinéma de Richard : un Grand Maigret !

Le Cinéma de Richard-Un Grand Maigret !

Il a vu au minimum tous les films et il préside la Fédération Nationale des Cinémas Français. Avec Richard Patry, chaque mercredi, trois bonnes raisons d’aller au cinéma. Début de séance !

Depardieu, Leconte, Simenon… Je ne sais pas vous, mais moi, l’affiche me faisait déjà rêver. J’ai vu. J’ai savouré. Et j’en frissonne encore ! Ce n’est pas un grand film, c’est un très très très grand film !

Parce que derrière la caméra, il y a d’abord un immense réalisateur, Patrice Leconte. Il n’a pas seulement signé des grandes comédies comme les Bronzés, Viens chez Moi J’habite chez une Copine, ou encore les Grands Ducs il a véritablement touché à tout. Les Spécialistes, Tandem, Monsieur Hire, le Mari de la Coiffeuse, Ridicule, La Fille sur le Pont, la Veuve de Saint-Pierre témoignent de son irremplaçable savoir-faire et de son formidable éclectisme.

Il s’attaque ici au film policier et il signe un grand film noir français !

Le Cinéma de Richard-un Grand Maigret !-Affiche-PatisBazaar-Patry

Maigret est l’adaptation de Maigret et la Jeune Femme Morte, que Georges Simenon avait publié en 1954. L’histoire d’une femme retrouvée morte vêtue d’une tenue de soirée et sans son sac à main. Elle est morte et tout le monde s’en fout. Tout le monde, sauf le commissaire Maigret.

Le coup de génie, c’est d’avoir confié à Gérard Depardieu le rôle que Gabin a immortalisé au cinéma. Et Depardieu ne joue pas à Depardieu, il est Maigret ! Leconte l’a d’ailleurs filmé ainsi. Comme le plus grand acteur français vivant qu’il est et non pas comme le personnage qu’est Depardieu. Et Maigret incarné par Depardieu, c’est un Maigret tout en retenue, profondément humain, presque sombre. C’est fascinant, c’est du grand cinéma !

Les plus cinéphiles ne bouderont pas davantage leur plaisir de retrouver, ici dans l’un de ses derniers rôles au grand écran, le comédien André Wilms, le père de la famille Le Quesnoy dans la Vie est un Long Fleuve Tranquille d’Étienne Chatilliez. Pour la petite histoire, il était au générique en 1984 de Tartuffe, son troisième film à l’époque, réalisé par… Gérard Depardieu.

Depardieu est un géant, je vous en suggère encore un autre. Un chêne aussi mais un vrai. Le Chêne, c’est un très beau film de Laurent Charbonnier et Michel Seydoux.

L’histoire d’un grand monsieur âgé de 210 ans, roi de la clairière, patron de la forêt. Autour de lui, un casting exceptionnel. Des écureuils, des fourmis, des oiseaux, des mulots. Et pas un mot, pas une parole, rien. Même pas une voix off. Juste ce chêne et ses habitants. On ne peut pas plus naturaliste ! Et c’est une merveille absolue !

Un film magnifique qui illustre aussi toute la force du cinéma puisqu’on ne s’ennuie pas une seconde. Et attention, ce n’est pas un documentaire, mais un vrai film de fiction avec une vraie histoire. On plonge tout simplement dans la vie d’un chêne et de ceux qui l’habitent. C’est incroyable à dire, mais il se passe des choses, il y a du suspens, c’est du cinéma.

Un film qui nous invite au fond à mieux voir. La nature qu’on ne regarde plus, les forêts ou les campagnes que nous ne faisons que traverser ont beaucoup mais beaucoup à nous raconter !

Est-ce ce chêne majestueux qui en m’ouvrant ses bras m’a fait oublier le temps qui court ? Est-ce ce commissaire du 36 quai des Orfèvres dont l’humanité profonde m’a chamboulé ? Je ne sais pas bien mais je n’ai pas eu le temps d’en voir tellement plus.

Comme j’irai le voir de toute façon, je vous conseille vivement Compagnons de François Favrat avec Agnès Jaoui et Pio Marmaï qui est à mes yeux l’un des meilleurs acteurs de sa génération et qui est capable de tout jouer.

il incarne ici un Compagnon du Devoir. Il excelle dans l’art du vitrail et il va initier Naelle, une jeune fille passionnée de Street Art mais un peu paumée dans la vie et contrainte de suivre un chantier de réinsertion.

Le film nous immerge dans la communauté ancestrale des Compagnons de Nantes, ce qui déjà en soi me semble passionnant. Il est question de seconde chance, d’artisanat d’art, de transmission, et ça me donne très envie d’aller le voir !

La semaine prochaine, attention mesdames zé messieurs,  je vous confirme le retour de la chauve-souris. Si, si. Évidemment, je vous en reparleraI Mais d’ici là, bonnes séances à toutes et à tous ! Et vive le Cinéma !

Richard Patry

« Le Cinéma de Richard », une exclusivité Paris Bazaar à retrouver chaque mercredi. Le reste du temps, c’est ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

VOUS AIMEZ ? REJOIGNEZ-NOUS ET ABONNEZ-VOUS !

DÉCOUVREZ MAINTENANT