Le Cinéma de Richard : Yes, We Cannes !

Le-Cinéma-de-Richard-Yes_-We-Cannes-_-ouv-ParisBazaar-Patry

Il a vu au minimum tous les films et il préside la Fédération Nationale des Cinémas Français. Avec Richard Patry, le 75é Festival de Cannes comme si vous y étiez !

Mais quelle soirée !! La sublime Virginie Effira, tout simplement parfaite dans son rôle de maîtresse de cérémonie. Les mots de Vincent Lindon dont le sens et l’éloquence ont porté bien au-delà du seul cinéma…

« Voici venu le temps des artistes, des cinéastes responsables pour nous porter, pour nourrir notre imaginaire et nous aider à nous répéter en nous-mêmes chaque fois que nous le pourrons en hommage à tous ceux qui souffrent et qui se battent dans le monde : être vivant et le savoir. »

L’allocution du président ukrainien, Volodymyr Zelenski. Et je n’oublie pas la Palme d’honneur remise à l’immense Forrest Whitaker…

Le 75 é Festival de Cannes s’est à pleine ouvert que les images fortes affluent déjà. Elles donnent le ton d’une édition comme personne ici n’en avait vécue depuis longtemps. Empreinte de joie et de gravité, celle de notre liberté enfin retrouvée, au moment même où ailleurs elle recule dramatiquement.

Depuis hier et jusqu’à la semaine prochaine, une lumière s’est donc rallumée. Elle est cannoise et du monde entier. Elle est singulière, et universelle. Elle fait toute l’âme et la magie de ce festival, qui demeure à ce jour le plus grand au monde.

Je m’y trouve depuis une semaine et depuis une semaine, c’est l’effervescence des grands jours. C’est la joie de retrouver Cannes comme le cinéphile que je suis l’aime depuis toujours. Avec ses stars, ses films attendus et ses pépites à découvrir. Tom Cruise, Anne Hathaway, Marion Cotillard, Léa Seydoux, Jean Dujardin… Et tellement d’autres !

J’attends pour ma part avec impatience la venue de Baz Lurhmann, le papa de Romeo+Juliette, Moulin Rouge et Gatsby le Magnifique. Il présente ici Elvis avec Austin Butler dans le rôle du King et Tom Hanks dans celui du fameux Colonel Parker.

On attend aussi de découvrir Novembre avec Jean Dujardin. Présenté hors-compétition, il s’agit du nouveau film de Cédric Jimenez qui vous vous en souvenez a déjà fait très fort avec La French et plus récemment avec Bac Nord. 

Valérie Bruni-Tedeschi vient présenter les Amandiers. Les fabuleux conteurs sociaux que sont les frères Dardenne seront là eux aussi avec Tori et Lokita. James Gray est attendu avec Armageddon Time et ses acteurs, Anne Hathaway et Anthony Hopkins. Arnaud Desplechin que j’adore présente Frère et Soeur avec Marion Cotillard et Melvil Poupaud… Et je m’arrête là, sinon j’y suis encore demain.

D’autant que s’il y a la compétition officielle, il y a aussi Un Certain Regard, Cannes Première… Sans oublier le marché du film ! Ce qui représente pas moins d’un millier de films à découvrir durant cette belle quinzaine du festival.

C’est d’ailleurs à ça qu’on reconnaît un vrai festivalier cinéphile. Il revient pâle et les yeux cernés à force de projections et de nuits blanches. Les premières séances débutent à huit heures du matin, les dernières à minuit. On peut voir ainsi jusqu’à six films par jour. C’est génial mais c’est du boulot quand même. Et il faut s’organiser car c’est tous les jours la course aux places. On est trente mille quand même !

J’ai d’ailleurs passé la journée de lundi à dire : « Non. Non, j’en ai plus. Non, c’est complet. » Tout le monde voulait sa place pour Top Gun et Tom Cruise. La grande salle est l’une des plus grandes au monde mais les deux mille places étaient toutes prises.

Quant à la dimension de ce festival, elle est à l’image de son délégué général, le génial Thierry Frémaux. Tout à la fois chef d’orchestre et chef de cuisine. C’est lui qui voit deux mille films par an, qui sait dénicher des pépites, et tout en composant un incroyable panorama du cinéma mondial apporte toute sa saveur à cette quinzaine.

Les films qu’il sélectionne et propose à Cannes se retrouvent ensuite aux Césars comme aux Oscars. C’est lui qui dans la proposition mondiale du cinéma distingue les tendances, et fait de ce festival ce qu’il est aujourd’hui. Un rendez-vous essentiel et hors-normes du 7é Art, pour le public comme pour l’ensemble de la profession.

Sur ce, vous ne m’en voudrez pas mais je dois répondre à mes obligations. En tant que membre du conseil d’administration du festival, je me dois maintenant d’enfiler mon smok’ et de retrouver les marches du palais. Oui, je les monte chaque jour, chaque soir. Et comme l’homme sur l’affiche officielle de cette 75é édition, j’ai l’impression à chaque fois de gravir les marches qui mènent au paradis.

Le-Cinéma-de-Richard-Yes-We-Cannes-Marches-ParisBazaar-Patry

Sur ce, bonnes séances à tous et à tous. Vive le cinéma dans les salles ! Et vive le Festival de Cannes !!

Richard Patry

« Le Cinéma de Richard », une exclusivité Paris Bazaar à retrouver chaque mercredi. Le reste du temps, c’est ici !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

VOUS AIMEZ ? REJOIGNEZ-NOUS ET ABONNEZ-VOUS !

DÉCOUVREZ MAINTENANT