Le Gimmick du Rock’n’Râleur : « Space Truckin' »

Le-Gimmick-Rock-du-Rock_n_Râleur-Space-Truckin-Ouv-ParisBazaar-Basset

Le Rock’n’Râleur vous livre ses anecdotes que lui inspirent des célèbres Gimmicks Rock qui demeurent dans son cœur et dans son froc. Aujourd’hui, Space Truckin’ de Deep Purple !

Ce gimmick de la chanson Space Truckin’ de Deep Purple est lié à un agacement suprême quand on me balance : « Bonne continuation » . Je sais pourquoi. D’abord parce qu’il y a une continuité dans le gimmick. Ça enroule tout le temps. C’est pas incisif comme le gimmick de Satisfaction.

Et surtout, parce qu’au milieu du gimmick le chanteur Ian Gillian hurle :  « Come on !!! » Et moi j’ai envie de hurler : « Ta gueule !! » Quand on me balance un « bonne continuation » .  Je sais, c’est pas gentil. Mais dans les formules de politesse, j’ai du mal à trouver plus con.

« Bonjour, bonsoir » , on peut comprendre. On affiche d’entrée une volonté de socialisation. On prend acte de l’autre, on lui balance un petit mot d’empathie-réflexe. On se doute qu’il va globalement passer une journée ou une soirée de merde à ramer avec des problèmes de factures, de queue à la poste, de résultats d’analyses médicales mitigés, de coups de fil de la banque. Pas de coup de fil « à » la banque. Là, vous demandez où en sont vos placements, s’ils ont votre nouveau chéquier à votre disposition.

Pareil pour « bonne année » . On marque le coup. Ça donne l’occasion de raccrocher les wagons. Faut le prendre comme un cri de ralliement. Comme bon appétit.

Ça commence à se gâter avec « bon film » . Comme si une gastro allait te bousiller ta projection, ou un connard qui bouffe des pop-corns derrière toi en foutant des coups de genoux dans ton dossier. Tout ça est très probable. Là faut plutôt dire : « J’espère qu’un connard ne va pas te pourrir ton film en bouffant du pop-corn ou en te foutant des coups de genoux dans ton fauteuil. » Alors à ce moment-là, on te donne un conseil : « Repère bien qu’il n’y ait personne derrière toi. » Et celui qui va te faire chier, tu le vois tout de suite à sa tronche.

Mais le « bonne continuation » c’est le pompon du rien. Vaut mieux fermer sa gueule, ou roter un coup. Tu ramasses les feuilles mortes devant chez toi et on te souhaite bonne continuation. Le voisin ou un passant.

Ce serait quoi la mauvaise ? Ou la continuation contrariée ? T’arrives pas à mettre toutes les feuilles dans le sac poubelle ? Y’a un coup de vent ?

Pareil, t’es aux toilettes, « bonne continuation » … Ce serait quoi la mauvaise ? On sonne à la porte et t’arrives pas à couper le cordon ombilical ? La faïence t’explose sous les roupettes à cause du gel ?

Depuis plus de deux ans avec l’autre salope de covid et les masques, les confinements, les gestes barrière (horreur de cette expression. Suffit qu’un boutonneux au pouvoir l’impose et tout le monde l’ânonne), les couvre-feux et les vaccins, on peut me souhaiter bonne continuation. Merci c’est bon, je continue bien.

Mon Dieu qu’elle est con cette expression!

Je crois que j’en ai pas fini de bien continuer. Surtout avec les joyeusetés qui se profilent à l’horizon. On a envie de leur hurler : « Mais arrêtez de continuer, bande de connards !! » Vous voyez bien qu’il faut arrêter au contraire.

Arrêter de voter pour les mêmes imposteurs, les mêmes tocards, les mêmes cyniques, les mêmes incompétents. Arrêter de vous nourrir de la même désinformation médiatique, arrêter de vous surinfecter en nous mettant de la fiente de rat d’égout sur la plaie parce qu’on vous a dit que c’était un antiseptique.

Bonne continuation de quoi dans ce merdier ?! Ta gueule ! Tu ne me souhaites pas bonne continuation parce que je vais devenir violent. Pas vieux lent, VIO !

Mon Dieu, qu’elle est con cette expression ! Et ça continue encore et encore. C’est que le début d’accord d’accord. T’as raison, Cabrel. T’étais précurseur… Ou alors, t’étais dans la continuité de la continuation.

« Bonne continuation »… Qu’on continue bien à cacher la merde au chat. Surtout pas de vagues et l’anus baignant dans le frais cresson bleu. Pour soulager la douleur post-sodomique.

Alors, arrêtez de continuer. S’il vous plaît. Et arrêtez de me souhaiter bonne continuation.

Francis Basset

Lire le Gimmick Rock du Rock’n’Râleur, c’est bien.

 L’écouter, c’est très bien aussi… En plus, il y a la guitare !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

VOUS AIMEZ ? REJOIGNEZ-NOUS ET ABONNEZ-VOUS !

DÉCOUVREZ MAINTENANT