Article réservé aux abonnés

Le Gimmick Rock du Rock’n’Râleur : « Boom, Boom »

Le Gimmick Rock du Rock'n'Râleur-Boom, Boom-The Animals-Ouv-ParisBazaar-Basset

… « Ce gimmick de « Boom Boom Boom Boom » , qui était un des tout premiers tubes des Animals, me rappelle que c’est le premier gimmick que j’ai appris à la guitare avec celui, incontournable de What’ d I Say. Un classique de l’apprentissage de guitare de ma génération. 
Et la guitare, je la dois à un cousin de mon père qui s’appelait Pierre Perrin, qui s’était rendu célèbre avec une chanson un peu déjantée pour ces années 60, « Le Clair de Lune à Maubeuge » . » …

VOUS AIMEZ ? REJOIGNEZ-NOUS ET ABONNEZ-VOUS !

DÉCOUVREZ MAINTENANT
Article réservé aux abonnés

Dans les Yeux de Totto Chan : Une Place au Soleil

Dans-les-Yeux-de-Totto-Chan-Une-Place-au-Soleil-Ouv-ParisBazaar-Totto-Chan

…  » « Une Place au Soleil » , de Georges Stevens, est un film noir, une œuvre morale au ton désabusé, qui réunit pour la première fois à l’écran, le couple légendaire Montgomery Clift et Elizabeth Taylor, seulement âgée de 17 ans au moment du tournage. L’adaptation du roman de Theodore Dreiser a dû déjouer les fourches caudines de la censure hollywoodienne. » …

VOUS POUVEZ NOUS ENVOYER UN MESSAGE ALORS N'HESITEZ PAS

CONTACTEZ-NOUS
Article réservé aux abonnés

Le Gimmick Rock du Rock’n’Râleur : « Born On The Bayou »

Le Gimmick Rock'n'Râleur-Born On The Bayou-Creedence-Ouv-ParisBazaar-Basset

… « Chaque fois que j’entends ce gimmick de « Born On The Bayou » de Creedence, je me débranche de la connerie ambiante et je me rapproche de la vérité de la nature sauvage. J’entends encore mon vieux chien de chasse aboyer. La vérité des bestioles loin des gros malins télévisuels qui s’agitent désespérément dans leurs vérités en stuc. Politicards dérisoires et vénéneux, bien plus dangereux que les alligators du Bayou. » …

Article réservé aux abonnés

Théophile Alexandre : Au-delà du Genre

Théophile Alexandre-Au delà du Genre-Ouv-ParisBazaar-Marion

… « À l’origine de No(s) Dames, il y a eu ce constat, que j’ai fait très tardivement, que sur ces quatre siècles d’opéras masculins, les héroïnes parce qu’elles sont femmes ont un destin tragique. S’est alors posée la question de notre héritage culturel, autrement dit qu’est-ce qu’on fait de ces opéras magnifiques et sublimes ? Qu’est-ce qu’on donne à voir ? Qu’est-ce qu’on donne à entendre ? On a fait le choix de l’inversion des rôles. » …